Comment faire face aux difficultés professionnelles? Du cadre externe au cadre interne


Burn-out, Méditation, Sérénité, travail, Vie quotidienne /

En tant que soignante, j’avais envie aujourd’hui de vous parler du cadre externe et interne, qui sont des  fondamentaux pour pouvoir établir des relations professionnelles et de confiance.

Cet article est plus théorique que d’habitude, j’espère qu’il vous intéressera.

Ce n’est pas sans rapport avec la méditation car elle m’aide à prendre conscience de mes ressentis et de mes mouvements psychiques et ainsi à mieux être à l’écoute de mon cadre interne.

Mais tout d’abord, commençons par:

Le cadre externe

Il renvoie au dispositif, aux règles, codes partagés, comme par exemple celui de notre déontologie. Ce cadre nous rassure et c’est important car ce qui se passe au sein d’une relation est très complexe et le cadre externe nous permet d’éviter des glissements arbitraires.

Il nous permet de garder cette fameuse “distance professionnelle” qui permet de ne pas se noyer avec l’autre dans ses difficultés.

Il nous rappelle que nous sommes au travail au service de l’autre, cet autre qui doit pouvoir compter sur nous pour ne pas le juger…et simplement pour tenir bon.

Cela pose des repères, un balisage qui permet d’éviter les dérapages, tant du côté du soignant que du soigné.

Cependant, le cadre externe ne doit pas étouffer notre créativité, celle qui nous permet de nous adapter à la singularité de chaque personne et de chaque situation.

La responsabilité de notre travail repose sur la personne que nous sommes et non pas sur un cadre externe rigide.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Pascale, la psycho-praticienne youtubeuse qui nous déculpabilise !

La personne que nous sommes va s’exprimer beaucoup plus dans le cadre interne, propre à chacun.e d’entre nous.

Le cadre interne

“Le cadre interne est la conscience aiguisée et alerte de ce que je fais lorsque j’interviens. Il s’appuie sur la présence à soi, soit la conscience verbale de ce que je vis. Ce cadre interne constitue la garantie d’une relation professionnelle” (Delvigne, F. (2016). Repères méthodologiques pour thérapeutes de couple débutants. Thérapie Familiale, vol. 37).

Delvigne parle de “feu rouge interne” qui permet de faire le tri au sein de chaque acte, parole que nous aimerions poser pour vérifier que cela ait véritablement du sens pour l’autre.

Ce cadre interne évolue au fur et à mesure du temps, il ne peut être figé définitivement.

Cette partie du dispositif est “littéralement intégrée à la psyché de l’intervenant, qui […] témoigne d’une « suffisante intériorisation » des identifications à l’objet pour l’autoriser à « être seul » en présence de l’ensemble groupal” (Henri-Ménassé, Catherine. Analyse de la pratique en institution. Scène, jeux, enjeux. ERES, 2009).

La position méta

Il s’agit d’être en capacité de se poser toute une série de questions:

que se passe-t-il en nous? Que suis-je en train de ressentir, penser, dire…voire faire?

Et qu’est-ce qui sous-tend ces mouvements?Quelles en sont les racines?

Quelles sont mes intentions, conscientes et inconscientes?

Est-ce au bénéfice de l’autre, de son mieux-être ou pour moi-même que je le fais?

Comment prendre de la hauteur par rapport à ce qui est en train de se passer?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Méditer avec ses enfants

Comment entendre entre les lignes de ce qui est dit?

En fait, l’idée est de garder une écoute suffisamment équanime (suffisamment neutre, ouverte, bienveillante) pour ne pas se laisser emporter par tous les mouvements (contre-) transférentiels que l’on peut ressentir dans la relation avec un autre.

Ce qui va nous aider c’est de bien connaître nos valeurs, nos besoins et désirs mais aussi nos affiliations théoriques, les personnes auxquelles nous nous identifions et que nous avons intériorisé (nos objets internes).

Cela peut s’illustrer simplement par la question que l’on peut se poser en situation difficile:

“Qu’aurait donc fait (mettre ici la personne de votre choix) dans cette situation dans laquelle je me débats?”

L’ensemble de tout cela nous donne à la fois un ancrage, une assise et une prise de hauteur, tous deux nécessaires.

Le cadre interne est un sujet qui m’intéresse particulièrement, tant sur un plan théorique que pratique.

C’est parce que Saskia, orthophoniste, et moi y sommes sensibles que nous proposons avec Zensemble Formation de travailler sur cette question:

Comment pouvoir se reposer sur des repères qui permettront, comme un phare de  pouvoir garder son cap, malgré les marées externes?

Ce cadre interne nous permet de construire et de nourrir un espace de sécurité interne auquel on pourra se référer et qui nous permettra de nous ressourcer en cas de besoin.

Lors du premier jour de notre formation nous vous proposons de faire un état des lieux de votre cadre interne tel qu’il est actuellement et durant le second nous vous proposerons des outils pour qu’il puisse vous correspondre au mieux.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Mes astuces pour trouver de l’énergie quand on est parent et épuisé

La prochaine formation est dédiée spécialement aux orthophonistes et aura lieu les 27 et 28 avril et il reste encore quelques jours pour s’inscrire!

Suite à des demandes, nous ouvrirons prochainement la formation à d’autres professions.

N’hésitez pas à nous faire part de vos idées et suggestions.

Partager l'article
  • 36
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.