Interview d’Ilios Kotsou sur la méditation


Astuces pour pratiquer la méditation, Famille, Méditation, Sérénité, Vie quotidienne /

J’ai eu la grande chance d’interviewer Ilios Kotsou. Cela a été un très bon moment que je suis heureuse de pouvoir maintenant partager avec vous.

Ilios Kotsou est docteur en psychologie et est un spécialiste passionnant et passionné de l’essence de l’être humain comme les émotions, l’intelligence émotionnelle, le bonheur et la pleine conscience.

Il a cofondé l’association Emergences qui soutient des projets humanitaires et, plus largement, une humanité plus solidaire et consciente.

Son parcours universitaire, ses nombreux ouvrages et son engagement humanitaire sont impressionants.

A tel point qu’on se demande comment la même personne a pu réaliser tout cela en l’espace d’une jeune vie.

Il suffit d’échanger quelques mots avec lui pour prendre la mesure de la dimension exceptionnelle de cette vie.

Ilios est bien sûr un homme brillant mais ce qui m’a le plus abasourdie est son humilité, sa générosité et son humanité.
Ses propos illustrent son amour du vivant. 

Je vous laisse le découvrir à travers cet échange qui, je l’espère, sera aussi enrichissant pour vous qu’il l’a été pour moi.

A la fin, je vous propose une petite conclusion personnelle :).

 

  • Comment avez-vous découvert la méditation?

Je l’ai découverte plusieurs fois.
La première, c’était par mon environnement, ma mère étant bouddhiste. C’est comme quand on baigne dans une culture, on est en contact avec elle mais on ne se l’est pas forcément appropriée.

Je l’ai redécouverte suite à des évènements que j’ai vécu en tant qu’adolescent.

Jeune adulte, je suis revenu à la méditation par la science, en travaillant sur les émotions, le stress et les études sur la pleine conscience.

Cela m’a permis de me réconcilier avec une partie fondamentale de ma vie. Je pouvais ainsi revenir à la spiritualité sans que ce ne soit religieux.
La science et la dimension de l’humain m’ont permis de renouer avec une vie intérieure de manière laïque.

Ce qui est drôle c’est que même le Bouddha n’est pas bouddhiste!

Il nous invite à expérimenter par nous-même.

Il nous invite à mettre la méditation à l’épreuve de sa propre expérience, et d’en faire la “science de son expérience, de son propre esprit” plutôt que de “croire”.

C’est ce qui m’a touché dans la méditation.

C’est une science à la première personne où nous devenons nous même l’observateur de notre propre expérience, de nos sentiments, de notre vie intérieure.

La méditation m’a permis de m’amener à une forme d’équilibre plus grand, à un lien plus harmonieux avec mes émotions, des pans de ma vie que je tenais à distance.

Cela ne change pas tout, n’aplanis pas tout mais ça amène une forme d’apaisement à l’intérieur de nous.

Cela permet de mieux comprendre et d’intégrer qu’on ne contrôle pas plein de choses grâce à une prise de recul, un discernement offerts par l’observation de nos pensées.

On est alors moins prisonniers de nos pensées, moins identifiés.

Bien sûr, c’est un processus toujours en cours.

Il y a toujours des moments de ma vie où je me laisse prendre par l’urgence.

Mais en général je me sens davantage connecté aux choses importantes, comme si cela développait une forme d’intelligence existentielle.

Cela m’a aussi permis d’apprivoiser le vagabondage dans le futur qui peut devenir une prison.

On se projette au lieu d’être là dans ce qui se passe maintenant.

Pour cela, ma fille est une invitation directe à être présent, un enseignement vivant de ce qu’est l’émerveillement, l’ouverture à la vie.

  • Qu’est-ce que méditer?

C’est être présent à la vie.

C’est un entraînement pour cultiver la capacité à revenir à soi, à soutenir une forme de présence à la vie….même si ce n’est pas toujours agréable d’être présent aux tempêtes de l’existence!

Quand ma fille tombe malade, c’est difficile de ne pas me laisser emporter, de pouvoir observer.

Ne pas être complétement submergé par l’anxiété pour avoir une attitude juste.

Cela augmente la conscience de la tension mais cela s’accompagne d’une plus grande liberté, de la capacité à pouvoir répondre et non réagir par des conditionnements, des peurs, des attentes,…

  • Comment faites-vous pour faire face à l’angoisse?

Justement, en…y faisant face!

Pour ne pas être déterminé ou submergé par les émotions il est important de les identifier, de les voir.

L’idée serait de prendre le thé, le café avec elles, comme on recevrait des invités.

Ces émotions nous délivrent des messages sur comment prendre soin de nous.

En être coupé c’est tellement moins riche.

Cela me fait penser à une phrase “En toute chose, il y a une fêlure, et c’est par là qu’entre la lumière”.

C’est comme nos difficultés, elles sont aussi nos richesses.
Bien sûr, quand on vie de grandes difficultés psychologiques, il est important d’aller voir quelqu’un pour soigner ses blessures de l’âme.

Comme quand on se casse une jambe, on va voir un médecin.

Tout cela peut nous apprendre à nager avec la tempête, des bouées nécessaires: la famille, un psychothérapeute.

  • Comment peut-on cultiver sa présence?

Il y a plusieurs pratiques qui permettent de la cultiver, comme par exemple:

  • Se rappeler des bienfaits de l’existence en éprouvant de la gratitude (NDLR : pour trouver une liste de gratitudes, il y a cet article )
  • Percevoir le monde avec ses cinq sens (NDLR : cela peut commencer avec le temps du repas)
  • Avoir une activité avec son corps physique (bouger, courir), fait partie de l’équilibre
  • La lecture: une page, une phrase, quelque chose qui m’inspire. Pour moi ça va être sur la philosophie, la vie intérieure.
  • Le lien avec les autres: la présence aux autres.
  • Me reconnecter aux émotions pour écouter ma fille.
  • La méditation, qui offre une connexion aux 5 sens, aux petits bonheurs de la vie.
  • Si un extra-terrestre vous demandait ce qu’était la vie humaine, que répondriez-vous?

Que l’on arrive sur cette terre avec une capacité formidable d’émerveillement, d’apprentissage, de connexion aux autres.

En grandissant, certains vont être soutenus dans ces capacités.

Mais bien souvent on apprend plein de choses techniques, cognitives et on peut oublier cette première forme d’intelligence.

On peut devenir un cerveau hypertrophié déconnecté de son cœur.

Dans les pays riches on voit plein d’être humains qui pourraient être en connexion avec la vie et qui sont dans une course vers un bonheur, une sécurité qui seraient à l’extérieur.

Est-ce qu’en fait le bonheur ça ne serait pas une attitude intérieure, une manière d’être, de marcher sur le chemin de la vie?

  • Qu’est-ce que le bonheur?

C’est faire face au tragique de l’existence.

Même quand la souffrance est là, prendre soin de la beauté à l’intérieur et vivre en harmonie comme on peut avec les différentes formes de vie.

Nous sommes assis sur un trésor: notre capacité d’émerveillement, de connexions, de liens et le drame c’est quand on ne le sait pas on court derrière le bonheur comme un fantôme.

Le bonheur permet d’être en lien avec soi, avec les autres.

On ressent de la plénitude, de la cohérence, du contentement.

Quand on a les conditions de vie minimums alors c’est intéressant à cultiver.

Au contraire, quand on se sent malheureux on se sent coupé, séparé, en manque, illégitime…tout perd de son sens.

C’est comme si nous avions deux jardins: un extérieur et un intérieur.

A l’intérieur, c’est là qu’on trouve les herbes aromatiques, qui donnent une vraie saveur au bonheur.

Pour ce qu’il en est de ma conclusion de cet article, je trouve qu’Ilios permet de faire un lien intéressant entre méditation et réconciliation.

Il semble que la méditation a pu être un trait d’union entre différentes parties de lui et a permis de recréer du lien là où il n’y en avait pas nécessairement.

Encore un immense merci à Ilios pour cette interview pleine d’humilité et d’humanité qui a été source d’énergie et d’inspiration !

Et pour compléter cette interview, vous pouvez lire cet article sur les liens entre méditation et permaculture ici.

Crédit photo: http://www.ilioskotsou.com/pages/ilios

Partager l'article
  • 14
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.