Mes astuces pour trouver de l’énergie quand on est parent et épuisé


Astuces pour pratiquer la méditation, Burn-out, Famille, Méditation /

Cet article fait suite au carnaval d’articles organisé par Cathy Guillaume du blog https://mon-burn-out-parental.com/. Les blogueurs s’unissent et publient autour du thème “Vos astuces pour trouver de l’énergie quand on est épuisé ”. Vous aurez accès librement à la compilation de ces articles sous forme d’un e-book gratuit. Par ailleurs, j’apprécie beaucoup ce blog, et mon article préféré est celui-ci !

Le burn-out parental, un tabou ?

Le burn-out parental semble être devenu de plus en plus fréquent. Pourtant, le sujet est presque plus tabou encore que le burn-out au travail. Comme si s’occuper de ses enfants était toujours un doux rêve tranquille…

D’autant qu’au XXIe siècle, les deux parents travaillant souvent à temps plein, les week-ends sont leur seul moment de disponibilité.

Mais disponibilité physique ne veut pas dire disponibilité psychique…souvent l’épuisement ne permet pas d’être vraiment en relation avec l’autre.

Savoir évaluer où l’on en est dans l’épuisement

Il est à noter qu’il y a différents degrés d’épuisement et les réponses ne sont pas les mêmes selon là où l’on en est…

Parfois, quelques instants pour se retrouver, prendre quelques respirations profondes au calme, un peu de lecture, de méditation, une promenade seule, (ou un appel à un ami) …peuvent suffire.

Je mettrai une mention spéciale pour le repos couché, sans aucune source de distraction (aurevoir téléphone, ordinateur,…).

Au risque de dire une banalité : rappelons que dormir peut-être utile!

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Améliorer sa concentration sans méditer

C’est un besoin fondamental sur lequel on lésine parfois.

Bien s’entourer et passer le relais

Avant que la fatigue ne soit trop importante, pourquoi ne pas demander l’aide de mamie Jaqueline ?

Cela peut aussi être papi Jacques, un.e babysitter, le centre aéré, la colonie de vacances sont d’autres possibilités… qui peuvent nous permettre de faire une grasse matinée de temps en temps.

D’une manière générale, savoir passer le relais est important.

Si on est épuisé, c’est aussi peut-être que notre Charge mentale est trop forte. Revoir ce qui peut être redistribué différemment peut permettre parfois d’amener plus d’équilibre dans la famille.

Par exemple, il est aussi possible de faire de la place à ses enfants en leur donnant des responsabilités adaptées à leur âge (vider le lave-vaisselle, mettre la table,…).

Savoir faire le tri

Notre entourage, aussi sympathique soit-il, peut induire sans le vouloir des tensions.

Il est bon de faire le tri dans tout ce qui vous est dit.

Même si les conseils partent souvent d’une bonne intention, ils ne sont pas forcément intéressants à appliquer pour vous.

A vous de voir ce qui correspond avec la personne que vous êtes.

L’épuisement nous invite à remettre en question notre fonctionnement

Mais au-delà de ces réaménagements, il est important de se questionner sur les raisons profondes de cet épuisement.
Il est parfois le signal d’un mal-être plus profond.

Cela peut être l’occasion de remettre certaines questions à l’ordre du jour :

son temps de travail, l’équilibre de son emploi du temps, la hiérarchisation de ses priorités et…sa perception des évènements.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Bonnes résolutions: astuce(s) pour méditer quotidiennement

Passer de survivre à…vivre

En effet, Christine Lewicky nous invite à prendre la décision de ne plus être victime de personne ni d’aucune situation.

Râler ou ruminer face à ce qui nous dépasse est compréhensible mais sur le long terme cela peut devenir plus pénalisant que bénéfique (pour soi et pour ses proches).

Cela veut dire de se rappeler que ce que nous vivons est le résultat de choix que nous avons faits. On peut donc revoir comment donner du sens aux évènements qui semblent être subis.

De même, on peut essayer de vivre différemment chaque instant de notre journée en infusant de la joie là où c’était plutôt gris.

Par exemple, faire la vaisselle sur de la bonne musique, cela change tout !

En guise de conclusion…

Être parent c’est accepter d’être parfois un « mauvais parent ».

Le super-parent-indestructible est un mythe qui met sur les parents une pression épuisante.

Winnicott, pédiatre et psychanalyste passionnant, parle d’un concept très intéressant :

le parent « suffisamment bon ».

Tous les parents font des erreurs et le stress, la pression et la culpabilité ne font qu’empirer la situation.

On ne peut de toutes façons pas tout contrôler ni éviter toute souffrance à son enfant…alors choisissons d’être « suffisamment bon ».

Partager l'article
  • 9
    Partages

2 réponses à « Mes astuces pour trouver de l’énergie quand on est parent et épuisé »

  1. Bonjour,
    Il n’est pas du tout facile de combiner vie professionnelle et vie de famille, surtout que nos enfants réclament et méritent beaucoup d’attention. Je fais de mon mieux chaque jour afin de pouvoir accorder suffisamment de temps et d’écoute à mon enfant mais parfois, après une journée de travail harrassante, je n’ai plus l’énergie nécessaire pour bien faire… alors je fais ce que je peux, je ne suis pas parfaite. Mais je remarque que la méditation m’a beaucoup aidée, depuis que je la pratique, je suis moins fatiguée, plus centrée sur ce que je fais et j’ai plus d’énergie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.